Musée Bonnat-Helleu, musée des beaux-arts de Bayonne
© Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero
 

Musée Bonnat-Helleu
musée des beaux-arts de Bayonne
5 rue Jacques Laffitte
64100 Bayonne
05 59 46 63 60

Retrouvez-nous sur :

 
 
 
PARTAGER  

L'ancienne Égypte : l'autre Antiquité

Bords du Nil près d'Esneh (Haute-Égypte) ; © Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Baraille
Bords du Nil près d'Esneh (Haute-Égypte)
Additional information
© Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Baraille
statue cube ; © Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero
statue cube
Additional information
© Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero

 

 

François Édouard Bertin (1797-1871)

"Bords du Nil près d'Esneh (Haute-Égypte)"

entre 1844 et 1848

crayon rehaussé de craie blanche sur papier

inv. 1771

 

 

Égypte

"Statue cube : figure masculine"

basalte noir poli

Ancienne collection de Léon Bonnat

inv. 744

 

 

 

            Fils cadet du fondateur du Journal des Débats politiques et littéraires immortalisé par Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867), François Édouard Bertin embrasse la carrière artistique. Il se consacre au paysage, qu'il dessine lors de ses nombreux voyages : France, Belgique, Hollande, Allemagne, Suisse, Espagne, Italie et Orient. Entre 1844 et 1848, il parcourt la Grèce, la Turquie, l'Asie Mineure et l'Égypte, dont il rapporte de grandes études très abouties.

 

             C'est le cas du dessin localisé sur les bords du Nil près d'Esneh, en Haute-Égypte. Alors que le désir d'approcher cette antiquité a poussé des artistes, comme Léon Bonnat, à collectionner les artefacts égyptiens, le site est évoqué dans le respect de la formation néoclassique plus que décrit archéologiquement. Un chemin emporte l'œil dès le premier plan pour le conduire vers la silhouette d'un bâtiment en ruines, perché sur la berge abrupte du fleuve, qui se découpe sur le contre-jour d'un ciel lumineux. Un bouquet d'arbres, plus bellifontain qu'oriental, équilibre la composition. La bâtisse paraît un pendant égyptien des ruines latines chères aux pensionnaires de la Villa Médicis.

 

            En 1852, Jean-Joseph Bellel (1816-1898) donne une interprétation lithographiée de ce motif, pour la série Les artistes contemporains éditée par Goupil. Le cadrage différent, la présence pittoresque d'une porteuse d'eau, d'un palmier et d'un minaret invitent à s'interroger : un tableau a-t-il été imaginé par Bertin à partir de cette étude ?

 

Page suivante