Musée Bonnat-Helleu, musée des beaux-arts de Bayonne
© Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero
 

Musée Bonnat-Helleu
musée des beaux-arts de Bayonne
5 rue Jacques Laffitte
64100 Bayonne
05 59 46 63 60

Retrouvez-nous sur :

 
 
 
PARTAGER  

Le Caire monumental

Léon Bonnat, "Porte au Caire" ; © Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero
Léon Bonnat, "Porte au Caire"
Additional information
© Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero

 

 

 

 

Léon Bonnat (1833-1922)

"Porte au Caire"

1868

huile sur toile

inv. 2016.1.1

 

 

 

            Au XIXe siècle, la visite du Caire est une étape incontournablepour de nombreux architectes et peintres. Ce n’est plus à Rome ou à Athènes que l’on se fait l’œil et la main, mais dans les nécropoles de la ville, ou les cours de ses mosquées.

 

            Impressionnants par leur quantité – plus de 800 identifiés dès 1880, dont environ 500 ont survécu jusqu’à nos jours –, par leur diversité (l’architecture religieuse comme l’architecture militaire, commerciale ou résidentielle) et par la richesse de leurs décors (arabesques et mosaïques, travaillés en bois, marbre ou stuc), les monuments fascinent les artistes, comme Léon Bonnat. Ce dernier visite le Caire entre le 16 janvier et le 20 février 1868, avec un petit groupe d'artistes conduit par le peintre Jean-Léon Gerôme (1824-1904). Une porte, celle de la mosquée d'Al-Azhar, retient toute son attentiondans une huile sur toile, peinte sur place. De petits personnages rapidement brossés contribuent au pittoresque de l’ensemble. Ce thème de la porte inspire aussi ses compagnons de voyage, notamment Willem de Famars Testas (1834-1896), qui se rend au Caire pour la seconde fois. Eugène Girardet (1853-1907) reprendra sensiblement le même point de vue que Léon Bonnat dans une peinture exécutée à la fin des années 1890.

 

           Les dessins, peintures et photographies de ces artistes ont pris toute leur importance avec la disparition de nombreux bâtiments. En effet à partir des années 1870, le khédive Ismaïl entreprend des travaux d’embellissement pour donner à la capitale de l’Égypte un aspect européen, au prix d’importantes démolitions.

 

Page suivante